stationequipeabonnementboutiquepubContact

GL & SSA N°83-174 - Septembre/Octobre 2018 GL & SSA N°83-174 - Septembre/Octobre 2018 Avis attentes client final 10 11 Pour un lavage pratique et efficace... Si Sylvie lave régulièrement sa voiture, elle attend de son passage dans un centre de lavage, du pratique et de l'efficacité avant tout. C'est pourquoi elle souhaiterait voir se moderniser les centres qu'elle fréquente... Sylvie a la soixantaine active... et une Opel Corsa. Elle prépare sa retraite d'artisan année après année, en réduisant peu à peu son activité. Tout au long de sa vie professionnelle, qui s'est déroulée en très grande majorité à Paris, elle a utilisé quotidiennement sa voiture. « De moins en moins, il est vrai, précise-t-elle, au fur et à mesure de l'avancée de la politique restrictive de la ville vis-à-vis de la présence de l'automobile dans la capitale ». Bref, pour son confort et sa tranquillité personnels, comme pour l'image de son entreprise face à ses fournisseurs et à ses clients, elle a toujours porter attention à l'état de sa voiture et à sa propreté. Elle va dans un centre de lavage environ une fois tous les deux mois. Elle aimerait bien le faire un peu plus souvent, mais le temps lui manque, affirme-t-elle. « En fait, ça n'est pas du tout un truc qui me passionne le lavage de ma voiture, même si je pense que c'est nécessaire ». Bref, en d'autres mots, elle prend ça pour une corvée. Alors, quand elle se décide, « il faut que tout roule », avance-t-elle. Cela signifie avant tout pour Sylvie qu'il ne doit pas y avoir trop de queue. Elle ne veut pas avoir l'impression de perdre son temps. Ensuite, il faut que le lavage soit efficace, pour éviter de fréquenter son centre trop régulièrement. « Son » centre, car Sylvie en a choisi un, pas trop éloigné de chez elle et qui lui convient... et elle y est fidèle. « Pourquoi en changer si je suis satisfaite ? Cela me demanderait du temps d'en chercher un autre, n'est-ce pas ?! ». Bien sûr, quand elle est en déplacement professionnel ou en vacances, il lui arrive d'être infidèle... mais elle tente toujours d'en trouver un qui réponde à ses attentes. Sylvie a toujours privilégié les portiques. « Je ne me vois pas manipuler une lance avec de l'eau et du détergent en talons et tailleur » explique simplement Sylvie, qui est toujours habillée, même en vacances, de façon « féminine », comme l'on dit. Elle apprécie les portiques qui « ont l'air moderne ». Elle a entendu parler de ceux, « ancienne génération » lui a-t-on dit, qui provoquaient des micro-rayures sur les carrosseries. Certes on lui a expliqué que cette crainte n'était plus fondée avec les portiques d'aujourd'hui, que les brosses notamment étaient plus douces et qu'il y avait un prélavage pour éviter l'effet corrosif, type « Cif », avec la poussière charriée par les brosses. Mais elle demeure méfiante avec les portiques qui semblent un peu anciens... Ce qu'elle apprécie concernant ces portiques, c'est aussi de ne pas avoir l'impression d'être bête quand elle s'en sert. « Parfois, leur fonctionnement, les programmes proposés sont d'un complexe... J'ai déjà choisi par dépit de ne rien comprendre, plus que par vrai choix des options possibles », dit-elle en s'énervant presque. « Heureusement, ils ont fait des progrès dans la clarté des panneaux depuis quelques années... enfin, je trouve », avance-t-elle. Comme elle aime la simplicité avant tout, elle apprécie les solutions de paiement et de déclanchement les plus pratiques, tel le règlement par carte bancaire... « et sans contact, c'est encore plus pratique », ajoute-elle en précisant qu'elle n'a encore jamais pu le pratiquer dans les centres où elle se rend. Elle refuse les cartes de fidélité ou chargeable en amont : « je ne vais pas assez souvent au centre pour que ce soit rentable. Et puis c'est une énième carte dans mon porte-monnaie ». Ce qui l'étonne le plus, c'est, dans certains centres où elle est allée, où il y a des pistes haute pression, la persistance de l'utilisation de jetons. Elle trouve ce système archaïque et vraiment pas pratique. « Un jour, j'ai discuté avec un autre client qui se servait du lavage avec les lances et il m'a dit que c'était toujours aussi compliqué... Ce qui serait parfait pour moi, affirme-t-elle, ce serait un portique un peu comme un passage au télépéage sur les autoroutes : on s'avancerait et soit on serait détecté, soit on passerait vite fait notre CB devant un lecteur. Et ensuite, on n'aurait rien à faire d'autre que de rester assis dans sa voiture pendant les quelques minutes du lavage. J'ai souvenir, il y a bien longtemps c'est vrai, d'avoir fait quelque chose de similaire, sans sortir de voiture. Ça n'est plus possible ? Dommage, pour moi, c'est un retour en arrière au point de vue du service fourni ! ». Sylvie est cependant satisfaite du lavage en portique en général. Elle apprécie que sa voiture soit sèche et brillante en sortant du centre. « Y compris les jantes, ajoute-t-elle, j'ai découvert cette option il n'y a pas si longtemps et sincèrement, c'est bien je trouve. Comme on ne m'a pas encore volé mes jantes, j'en profite ! ». Elle aime aussi certains produits diffusés sur des portiques qu'elle a utilisés dernièrement : « j'adore la mousse qui... mousse vraiment, je veux dire. Et qui sent bon aussi. Comme je n'aime pas du tout les désodorisants pour voiture qui sentent toujours bien trop fort, je trouve que cette bonne odeur à l'extérieur est suffisante pour parfumer un peu l'intérieur ! ». Dans un centre, Sylvie veut aussi pouvoir « passer un coup de propre à l'intérieur », dit-elle. Elle entend par là, pouvoir aspirer rapidement les sols et les fauteuils. S'il y a un tape-tapis et un lave-tapis, elle s'en sert, mais estime que ça n'est pas indispensable non plus. Elle a entendu parler de machines pour décrasser les fauteuils : « je les essaierai bien ! », affirme-t-elle. Pour son tableau de bord, elle utilise une peau de chamois qu'elle a dans son coffre, mais s'il y a un distributeur de lingettes ou une boutique qui en vend en petite quantité, elle ne rechigne pas à débourser quelques euros. « C'est pratique et facile », reconnaît-elle. Et c'est justement ce qu'elle cherche quand elle vient laver sa voiture. « Bien sûr, ce qui serait encore plus simple pour moi, précise-t-elle, c'est que quelqu'un me lave l'intérieur vite fait, en gros. » Elle est prête à payer un peu plus cher son programme au portique pour qu'il soit suivi d'un coup de propre donné par un employé de centre. « Mais, je n'ai jamais vu ce service rapide proposé... Alors, parfois, quand ma voiture n'est vraiment pas très propre, je m'offre un lavage complet à la main de l'intérieur de ma Corsa : ça me coûte beaucoup plus cher bien sûr que de le faire moi-même, mais c'est plus approfondi ! Le problème aussi, c'est de prendre rendez-vous ou de devoir laisser sa voiture... ». En ce qui concerne le personnel en centre, Sylvie est contre le tout automatique : « imaginez que le portique ne fonctionne plus, que ma voiture soit coincée à l'intérieur, ou que... bref, c'est rassurant de voir un professionnel sur le centre ! ». Elle trouve cela aussi plus « convivial » comme elle dit. « Et puis, on ne sait jamais qui peut passer par là non plus. Les centres sont souvent dans des lieux un peu isolés. Alors qu'une personne soit là, oui, c'est mieux pour moi ». Le dernier critère de choix que Sylvie évoque, c'est la propreté. En fait, selon elle, ça n'est pas du tout le dernier. Si elle n'en parle qu'après les autres, c'est qu'elle estime que cela va de soi. « Mais, c'est vrai que ça n'est pas évident pour tous les responsables de centre ! », se reprend-t-elle. Elle ne comprend pas comment un centre où l'on vient laver sa voiture peut être sale : « sincèrement, dans un lieu qui est sale, avec des papiers par terre, des flaques d'eau saumâtre, des panneaux à moitié effacés, des poubelles non vidées, des murs décrépis... je n'ai même pas envie d'entrer, ça me dégoûte. Cela m'est déjà arrivé de pénétrer dans un centre, de me rendre compte très rapidement de sa saleté, et du coup d'en ressortir aussitôt. Je préfère que ma voiture reste un peu plus longtemps sale, que de la laver dans un espace négligé ! Je me rappelle d'un jour où j'avais même craint de moi-même en ressortir salie ! ». Marie MARTIN Sylvie trouve qu'il y a eu des progrès dans la clarté des panneaux depuis quelques années... Un petit coup de propre à l'intérieur est aussi le bienvenu quand le centre dispose d'un aspirateur, d'un lave-tapis ou de lingettes !