stationequipeabonnementboutiquepubContact

N°86-177 - Mars/Avril 2019 équipement équipement EAS Cap Monétique à Descartes (37) EAS Cap Monétique à Descartes (37) 28 29 Acteur incontournable dans le lavage Arrivé dans le lavage en 2006, EAS n'a cessé d'évoluer dans ce domaine d'activité. Parmi les solutions proposées aux gérants de centres, il y a les bornes de paiement et une multitude de services telle que la carte Flotéo, à destination des propriétaires de flottes de véhicules. C'est à Descartes, en Indre-et-Loire, qu'EAS a ses bureaux et un centre d'assemblage, là-même où sont également personnalisées les cartes pour les clients et bornes de paiement pour une multitude de centres de lavage... La ville Descartes n'a pas été choisie au hasard : c'est dans la ville du célèbre mathématicien, physicien et philosophe français (René Descartes) qu'est né le fondateur de la société, Ghislain Moreau. A la base, bien avant qu'EAS n'existe, « tout part d'une idée de cartes à mettre au point pour des photocopieuses » nous explique Barbara Billac, directrice générale et fille du fondateur. Une idée géniale et fondamentale pour ce qui suivra, le groupe CAP Monétique possédant aujourd'hui 6 sociétés ! En 1980, Ghislain Moreau, commercial, propose en effet à quatre amis de créer une activité afin de répondre à une demande de photocopieurs en libre-service avec monnayeurs à pièces sur le site de la centrale nucléaire de Chinon. Dix-huit mois plus tard, ce service est étendu à trois galeries marchandes. Plus important, ce sont les universités françaises qui vont être intéressées par une carte disposant d'une piste magnétique pour leurs bibliothèques puis restaurants universitaires (Crouss)... Ainsi, en 1983, un contrat est signé avec la bibliothèque universitaire du Mans, puis Nantes, ensuite Marseille, ce qui a permis d'entrer sur le marché des bibliothèques universitaires, municipales et nationales. Actuellement, 80 % des bibliothèques universitaires de France sont équipées. « Les contraintes liées au ramassage de la monnaie ont fait naître un besoin de lecteurs de cartes et automates de rechargement » expliquent les responsables de la société. Monecarte, première carte de paiement Comme dans toute activité, « il faut innover sans cesse » nous répète Barbara Billac, et c'est d'ailleurs ce que Ghislain Moreau veut faire : arrive ainsi 5 ans plus tard, une autre idée de génie baptisée « Monecarte », qui sera la toute première carte de paiement véritable porte-monnaie électronique ! Elle a d'ailleurs été réalisée dans le but de concevoir des appareils monétiques pour les photocopieurs : lecteurs de cartes (jetables puis rechargeables), et des distributeurs-rechargeurs automatiques de cartes... En 1989, Monécarte recevra un label d'innovation de l'agence nationale de valorisation de la recherche (Anvar aujourd'hui Oséo). Cette carte peut servir dans les systèmes de paiement pour la distribution automatique de boissons, des restaurants universitaires ainsi que des cartes d'identification et cartes multi-applications pour les universités. Cependant, l'univers des cartes de paiement est bousculé avec l'arrivée de la carte à puce inventée par Roland Moreno en 1974 (il est journaliste et inventeur) qui travaille dans le domaine des objets stockés à mémoire. « Avec Monécarte, on a déjà beaucoup avancé dans ce que j'appelle le langage entre connecteurs, explique Barbara Billac. Comme le font divers dispositifs de votre mobile, par exemple, la reconnaissance par Bluetooth (non filaire) avec d'autres appareils, nos cartes doivent avoir la possibilité de pouvoir communiquer en un temps record avec le système pour lequel elles vont fonctionner, être utiles... Il est évident que la puce intégrée à la carte va changer beaucoup de choses et ce sera plutôt positif pour nous ». Néanmoins, la classique bande magnétique noire, elle, demeure.Un ajout technologique de taille mais qui ne facilitera aucunement la tâche des ingénieurs et concepteurs d'EAS et du groupe Cap Monétique, qui doivent faire face à d'autres changements de "langage" ! En 1991, l'activité s'étend par le rachat de Xafax, société important des lecteurs de cartes d'Allemagne. Rebaptisée « Cartax », elle commercialise des systèmes de paiement et de gestion par cartes magnétiques dans l'environnement bureautique (photocopieurs, imprimantes...). Virage vers le lavage avec EAS Suit la création de la holding Cap Monétique (EAS vient plus tard), mais surtout le rachat en 1993 de son fournisseur Monedata. On l'appelle désormais Moneconcept. « Basée à Sophia Antipolis près de Nice, cette acquisition va nous permettre de développer toute une série de nouvelles activités que nous n'avions pas dans le domaine de la monétique », poursuit Barbara Billac. Le groupe a maintenant son propre bureau d'études d'ingénieurs et de fabrication spécialisés dans l'électronique, capable de répondre aux besoins des clients des différentes filiales en matière d'appareils monétiques. Le lavage comme activité dès 2006 Sont ensuite créées, en 1994, la société Moneparc (systèmes de paiement par cartes dans l'environnement du parking et du stationnement), puis en 2000, Ad Carte (service téléphonique sur la carte de photocopies des étudiants puis systèmes de reproductions multimarques, imprimantes, scanners de livres...)... Le lavage est sans doute la plus récente activité du groupe, puisqu'en 2006, le dirigeant d'EAS, partenaire depuis plusieurs années du groupe Cap Monétique, cède son activité. Spécialisée dans la fabrication d'automates de paiement pour lavage auto, distributeurs de jetons, changeurs de monnaie, cette société s'intègre à EAS Mon Econcept grâce à son activité de production qui devient complémentaire. EAS propose des cartes de paiement pour le lavage qui peuvent être personnalisées, ainsi qu'une toute nouvelle borne très innovante, et différente des appareils classiques, qu'a notamment acquis Cyrille Baliki, gérant de Superjet à Brétigny (voir GL&SSA 82-173 page 12). Celle-ci, selon les besoins, peut intégrer plusieurs modes de paiement : carte de lavage, carte bancaire, espèces ou jetons. Les fentes sont protégées par des couvercles en plexiglass, mais la grande nouveauté est son écran plus en recul dans le boîtier métallique entouré de pièces isolantes protégeant de toutes formes d'humidité et de poussières extérieures. « L'écran est ainsi positionné parce que nous avons étudié les différentes possibilités d'éblouissement notamment des rayons du soleil », explique Barbara Billac. Le client appréciera. La nuit, un éclairage led bien conçu permet de placer cartes ou pièces aux bons endroits sans se tromper. A l'intérieur de la borne, l'installation soignée des équipements électroniques est également à l'abri... Pour la maintenance, tout est accessible et bien rangé. A ce jour, la société a vendu 5 000 bornes à 4 000 clients. La force d'Internet intégrée Grâce à Internet, EAS a franchi de nouvelles étapes et a pu proposer toute une palette de solutions connectées pour les gérants de stations de lavage. L'avenir est à la dématérialisation ! Et cela, chez EAS on l'a vite compris... Ainsi, avec iConnect, l'exploitant peut suivre l'ensemble des opérations de son centre de lavage, contrôler à distance une ou plusieurs bornes. Comment ? De manière très simple : par le Hub de iConnect, vous pouvez recevoir sur votre mobile des alertes par SMS ou mail, distribuer un jeton à distance, dépanner un client, et enfin obtenir tout un tas de données intéressantes en temps réel : nombre de lavages, montants, diverses statistiques pour la gestion hebdomadaire ou mensuelle, et ce de manière à planifier ou réaliser des opérations visant à fidéliser ses clients... Aujourd'hui, les bornes d'EAS sont intégrées chez plusieurs fabricants, dont Eléphant Bleu, Washtec, Oki, Christ, Busitec, Kärcher.. « Si nous sommes assez récents dans le domaine du Lavage, nous avons aujourd'hui une panoplie de solutions, la force d'EAS c'est justement de s'adapter aux besoins de ses clients, commente Nicolas Favre, commercial. Nous avons commencé grâce à Lavance (importateur de la marque Istobal en France NDLR), avec qui nous avons bâti un projet pour un portique chez Intermarché juste à l'entrée de Châtellerault. Notre carte et notre borne font fonctionner le portique depuis 2008 ». Depuis, EAS peaufine ses produits, dont notamment les méthodes de paiement : « Depuis 2018, on peut par le biais du paiement sans contact acheter un programme de lavage, c'est quelque chose qui va se faire progressivement au fur et à mesure que nous progressons dans ce domaine, explique Barbara Billac, car il faut pouvoir travailler sur la partie cryptage. Nous envisageons d'offrir la possibilité du paiement par téléphone mobile, ce qui n'est pas une mince affaire, hormis la norme NFC sur les téléphones, il y aussi plusieurs aspects bancaires qui resteront toujours confidentiels et qui sont contrôlés dans chaque Etat ». Inutile cependant d'aller trop vite estime la directrice générale : « La qualité et l'innovation ont toujours été nos priorités, je rappelle cependant que nous veillons également à anticiper les besoins de nos clients et à être force de proposition d'idées nouvelles, l'une des valeurs de l'entreprise » conclut Barbara Billac. Bornes et cartes seront exposées au prochain salon Equip Auto (15-19 octobre à Paris Expo Porte de Versailles) où EAS aura son propre stand pour la toute première fois. Une manière pour la société de montrer son savoir-faire à ses clients présents et futurs, mais également d'être au plus près de ses partenaires (prestataires, fabricants, équipementiers et constructeurs...). FRANÇOIS GILBERT Ci-contre, la nouvelle borne de paiement. Les fentes sont protégées par des couvercles en plexiglass, mais la grande nouveauté est son écran plus en recul dans le boîtier métallique, entouré de pièces isolantes protégeant de toutes formes d'humidité et de poussières extérieures. LA CARTE FLOTÉO SUPER INTELLIGENTE Pour les petites flottes, EAS propose Flotéo, une carte de lavage « entreprise ». Il y a parmi les partenaires d'EAS, spécialisés dans le lavage des équipementiers mais aussi des exploitants, qui ont des clients tels que des collectivités, mairies, propriétaires de taxis-ambulances... « Au lieu de partir sur le schéma individuel qui consiste à faire laver ses véhicules dans plusieurs centres différents, par exemple, avec plusieurs paiements variés, EAS facilite la vie grâce à la carte Flotéo pour gérer le lavage de toute une flotte, explique Nicolas Favre, commercial. Cela consiste à pouvoir recharger à distance la carte puis aussi de pouvoir ??attribuer des droits'' (avec des attributions des conditions d'utilisations - périodicité, programme autorisé, etc. -...). Comme pour une carte pétrolière, effectuer du prépaiement, tout cela étant possible par la création d'un compte sur Internet ». On peut éditer les consommations de lavage et obtenir accès à divers services utiles. Bref une carte permettant la gestion commerciale avec des rapports d'exploitations disponibles, et la possibilité d'éditer un relevé pour une facturation au réel ; on peut aussi personnalisé la carte avec la marque de l'entreprise.