stationequipeabonnementboutiquepubContact

GL&SSA N°89-180 - Septembre/Octobre 2019 GL&SSA N°89-180 - Septembre/Octobre 2019 enquête Grande distribution et lavage 22 23 Service en plus ! Supermarchés et hypers poursuivent leur développement de « services connexes » pour leurs clients. En plus d'une station-service à proximité, viennent de plus en plus s'ajouter des pistes de lavage et un portique. Encore faut-il qu'il soit de qualité et qu'il y ait quelqu'un qui s'en occupe. Enquête. La grande distribution en France célèbre ses soixante dix ans cette année. C'est en effet en 1949 qu'Edouard Leclerc a ouvert son premier supermarché à Landerneau, en Bretagne. Il sera suivi de Carrefour et d'Auchan dans les années 50, Intermarché se lançant en 1970. Avec le temps, et des habitudes de consommation qui changent, les supermarchés et hypers doivent s'adapter : en ville, l'e-commerce bouleverse le modèle de la grande distribution « où l'on trouve tout » (alimentation, mais également vêtements, articles de sport et produits d'entretien automobiles et cycles, sans oublier des produits culturels et même de la location de véhicules !), et avec Internet se développent les Drive? En Province, avec moins de garagistes et de pompes à carburant, les communes s'inquiètent et naturellement, la question se pose d'en installer dans une zone dédiée? Parallèlement aux pompes, on voit arriver des stations de lavage, petites ou moyennes en taille... Bien évidemment, la création de « zones d'activité » proches des centres urbains y contribuent largement ! La preuve : dans ces « ZA », les Feu Vert, Norauto, et autres remplacent les petits garagistes. Les supermarchés et hypers se concentrent sur la vente de carburant ayant des parkings immenses et donc beaucoup de place? Les maires de certaines communes affichent un sourire, car tout cela constitue une activité économique qui, un jour, peut faire boule de neige et qui sait, attirer de nouvelles entreprises et des salariés? Quid du lavage ? Pour les patrons de grandes surfaces, ces « services », comme le lavage, demeurent néanmoins un « mal nécessaire » analyse Patrick K?nig, directeur commercial de Christ France : « Autrefois, on ne peut pas dire que c'était le lavage la priorité, même si certains supermarchés avaient une piste HP ou un portique, mais c'était un peu à l'abandon? Aujourd'hui, on voit un grand changement notamment chez Leclerc, Super U, Intermarché? La philosophie a totalement changé. Reste que le lavage, c'est un peu le choix du directeur, ça repose pas mal sur la sensibilité de la personne. Chez Christ, nous ne faisons que l'encourager à aller dans le lavage, et on a maintenant de belles installations dans des supermarchés. Chez Intermarché, il va y avoir, par exemple, de petits tunnels, chez d'autres, des portiques, le tout associé à des pistes haute pression. Après tout, en périphérie des villes, il y a plus de terrain ! » Chez Super U à W?rth (67), Christ a installé deux portiques tout près de l'enseigne Super U. Gérard Lang s'en occupe avec son fils, Emmanuel : « Il y avait une ancienne station de lavage qui n'était vraiment plus adaptée à la demande. Elle se trouvait juste en face du supermarché, alors on a décidé de la transformer avec du matériel Christ. » Pour compléter l'ensemble, la station-service du supermarché a été déménagée à proximité. Pour autant, ces services attirent-ils les clients du Super U ? « Pour la station-service, je pense qu'après avoir fait les courses, les clients font généralement le plein, en ce qui concerne le lavage, c'est plus difficile à dire? Ce qui est certain, c'est qu'ils n'ont pas besoin d'aller jusqu'à Haguenau (17 km environ) » explique Gérard Lang. De même, la zone artisanale et commerciale de Quicangrogne à Bourg-Achard (Eure) est en pleine évolution. Récemment inaugurée, elle accueille de nouvelles enseignes. L'Intermarché devenu un hyper a maintenant sa station-service de huit pistes (dont deux réservées aux poids-lourds), avec station de lavage. Pour sa part, Jean-Pierre Biderre, gérant de Planet Wash, estime qu'il y a trois critères pour installer un centre de lavage : « L'environnement commercial est le premier critère, par exemple la proximité d'une station-service, des commerces autour, il faut également un matériel de qualité et enfin du personnel ». Il insiste : « Le lavage de voitures, c'est un vrai métier ». Peu de patrons de supermarchés et d'hypermarchés connaissent le lavage, analysent les experts, qui observent que le site a parfois tendance à ne pas fournir la rentabilité espérée? « J'invite les responsables à se rapprocher de nous ! souligne Jean-Pierre Biderre, car nous savons comment ça fonctionne ». Tôt ou tard, donc, il faudra du personnel pour accompagner les clients ; une présence humaine, c'est l'assurance de la réussite? Chez WashTec, on estime que l'avantage pour une grande surface d'avoir une station de lavage sur son site est de proposer une offre de service supplémentaire. « La station est en effet un moyen d'attraction pour faire venir plus de personnes sur site, analyse Fabrice Collet, directeur marketing et commercial WashTec France. Au fil des années, les GMS propriétaires de leur station de lavage se rendent compte que ça génère du profit. Depuis trois, quatre ans certains ont également franchi un cap et considèrent la station de lavage comme un vrai centre de profit. Ils se donnent les moyens en recrutant du personnel dédié et veulent des machines haut de gamme. Le design de la station est intégré dans les chartes graphiques, la station reflète l'image de l'enseigne, d'où l'importance de ne pas générer une mauvaise image et d'avoir des machines de qualité. Si d'autres considèrent que ce n'est pas leur métier majeur et préfèrent louer l'emplacement, ils regardent de plus en plus la qualité de la machine et de la maintenance en plus de la rentabilité. Sur les vingt dernières années, les GMS ont évolué en termes de catégorie de machines. Les emplacements près des hypers sont stratégiques, ils génèrent de gros volumes de lavage et ont donc besoin de machines fiables. Il faut donc choisir le bon partenaire pour être bien conseillé. » Ainsi, WashTec propose des offres personnalisées en fonction de la place disponible et des contraintes budgétaires de l'enseigne. L'idéal selon le fabricant est de combiner portique et HP mais globalement aujourd'hui le portique est roi dans la grande distribution. Parole aux utilisateurs Les clients rencontrés ici et là, soit en sortant du supermarché ou sur le point de s'y rendre, jugent les centres de lavage « utiles et nécessaires ». C'est le cas de celui de Carrefour Market de Cabourg (14) avec du matériel Lavance. Pierre et Yvette, retraités, sont ravis de l'installation à côté de la station-service du supermarché. « Nous, on préfère la haute pression, c'est moins cher, et nos amis qui ont un camping-car viennent aussi ici régulièrement. C'est propre, il y a de l'espace pour man?uvrer. Et on n'est plus obligés d'aller jusqu'à Dives (2 km environ), nous lavons notre auto régulièrement ». Yves, client fidèle de la station de lavage du Carrefour, choisit toujours le portique : « Je préfère. Ça lave extrêmement bien. Je paye soit 14 euros quand l'auto est vraiment très sale, ou 10 euros pour avoir au moins le séchage » Yves est fana des chiffons microfibre qu'il utilise tout le temps. Les clients n'hésitent pas à passer l'aspirateur ou à utiliser le gonfleur placés tout à côté du portique. Le prix et le résultat du lavage restent les grosses priorités de ces utilisateurs, mais généralement, ce n'est qu'après être passé à la caisse du supermarché puis de celle de la pompe, qu'ils se dirigent vers le centre de lavage. FRANÇOIS GILBERT Photo du haut, le tunnel de lavage de Planet Wash à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, à proximité d'un Carrefour avec du matériel WashTec. Ci-dessus, la station de lavage Wooosh, dans la zone d'activité de Chambry, près de Laon (matériel Christ). STATION CARREFOUR, C'ÉTAIT EN 1963? Le premier hypermarché à offrir un service inédit pour l'époque?, une station-service adossée au magasin, est le Carrefour de Sainte-Geneviève-des-Bois (91). Toujours avec l'idée d'afficher des prix très compétitifs, Carrefour aménage deux pompes avec le prix du carburant affiché pour attirer les clients. Les automobilistes affluent provoquant des files d'attente monstres ! Le grand parking de 450 places sert littéralement de tremplin pour la petite station : un service qui devient un « plus » pour le magasin d'autant plus qu'avec un prix du litre d'essence à 0,93 F (soit 0,18 ?/l), inférieur à celui pratiqué dans les stations-service gérées par les groupes pétroliers, le succès est retentissant. INTERMARCHÉ : ENCORE PLUS DE SERVICES AUTO Le pôle entretien et réparation automobile des Mousquetaires a repris fin 2018 Rapid Pare-Brise, Rapid Auto-Glas et American Car Wash. ITM Automobile, entité détenue par le groupement Les Mousquetaires et dédiée à l'entretien auto était présente sur le marché avec l'enseigne de centres auto Roady. Le nouvel ensemble avec ses 350 centres, offre désormais aux automobilistes une palette complète de services pour la réparation et l'entretien des véhicules. Dans le lavage, American Car Wash spécialiste du nettoyage intérieur et extérieur, permet à ITM Automobile de conforter son approche « service » de l'entretien automobile « et se positionne sur un marché porteur, où 78 % des conducteurs préfèrent un lavage par un professionnel ou en station de lavage. » Selon Denis Larquier, chef d'entreprise Roady et président d'ITM Automobile « la reprise de Rapid Pare-Brise et d'American Car Wash va permettre à ITM Automobile d'accélérer sa croissance et de devenir le partenaire privilégié des conducteurs, tant sur l'entretien régulier que sur les opérations préventives ou curatives réalisées en atelier. Comme pour Roady, les enseignes Rapid Pare-Brise et American Car Wash se développent grâce à l'entreprenariat indépendant. Cette même culture du commerce et de la réussite va nous permettre de trouver rapidement les interdépendances qui développeront l'ensemble de nos points de vente. »  Jean-Pierre Biderre, gérant de Planet Wash, « le lavage est un métier, qui doit être confié à des professionnels ». Ci-dessus, le site de lavage du Carrefour de Cabourg (matériel Lavance). SITE DE LAVAGE, OÙ L'INSTALLER ? On ne peut envisager de réaliser un site de lavage n'importe où, sans tenir compte de certains critères : Terrain - En premier lieu, le terrain doit être constructible. Se renseigner auprès de la mairie. La présence de réseaux divers (comme l'eau) est essentielle. Position stratégique - Il est évident qu'il doit être situé dans une zone dite de « chalandise ». D'autres experts estiment qu'un terrain plus en retrait mais à proximité d'un lieu de passage important est également un « plus ». Bon accès - L'esthétisme et l'aménagement sont sans aucun doute des facteurs à prendre en considération, la signalétique également, mais le point le plus important reste l'accès ! Accueil - On ne le redira pas suffisamment, mais un site sans présence de personnel, ne fonctionnera pas aussi bien. Au minimum, avoir une personne attitrée à l'aire de lavage est incontournable, si ce n'est pour s'assurer de la propreté des lieux et du bon fonctionnement du matériel. Le tout récent centre de lavage, vaste et très complet, du super U de Fauville-en-Caux, au Sud de Fécamp (matériel WashTec). Il est situé à proximité de la station-service et du supermarché de l'enseigne, qui viennent d'être rénovés. Crédits photos : François Gilbert et X D.R.