stationequipeabonnementboutiquepubContactoFB.png

GL&SSA N°91-182 - Janvier/Février 2020 GL&SSA N°91-182 - Janvier/Février 2020 avis Attentes client final 20 21 Stéphane, fan de simplicité Stéphane, la quarantaine passée, vit à Marseille. Il a une Peugeot 308 qu'il utilise modérément, par rapport à son scooter qui est son moyen de déplacement quotidien. Sa voiture lui sert davantage pendant les périodes de vacances. Ce qui ne signifie pas qu'il la néglige... GL&SSA : Quelle utilisation faites-vous de votre véhicule ? Avant ma Peugeot 308, que j'ai achetée d'occasion il y a un an, j'ai toujours eu des citadines. Aujourd'hui, je me sers de cette voiture-là principalement le week-end, pour sortir de Marseille, pour aller à la plage.... Mais pas beaucoup plus. Je dirais environ deux heures par semaine. C'est pour les vacances que je l'utilise le plus sans doute : j'ai un enfant encore en bas âge, et je pars donc en voiture en famille. GL&SSA : A quelle fréquence lavez-vous votre voiture ? En fait, c'est complètement irrégulier. Quand elle est vraiment trop sale, en été, quand il y a du sable, ou en hiver quand il peut y avoir de la boue dessus, je me rends dans un centre de lavage, j'utilise le portique et je passe un coup d'aspirateur. Je pense que je le fais une fois tous les six mois. Il faut rajouter les deux fois, avant et après les vacances. Bref, trois ou quatre fois dans l'année... Ce qui me pousse aussi à passer au centre, c'est que le lavage, pour l'intérieur au moins, contribue à l'entretien. Je précise ça surtout pour l'intérieur : les taches et salissures sont plus difficiles à récupérer sur les sièges notamment quand on a laissé passer du temps, alors qu'une trace de boue sur la carrosserie, même si six mois plus tard, part sans trop de résistante au lavage. Je me souviens aussi avoir fait un gros lavage quand j'ai revendu ma précédente voiture. Je suis allé dans un centre et j'ai tout fait en self-service : l'extérieur en utilisant le portique et en passant du produit lustrant. Je l'avais acheté dans une grande surface dédiée à la voiture... Et en vous disant ça, je me rends compte que je n'ai jamais rien acheté dans une boutique de centre de lavage : je n'y pense tout simplement pas du tout, je crois ! L'intérieur, je me rappelle l'avoir nettoyé parfaitement en aspirant à fond ! GL&SSA : Quelle technique privilégiez-vous ? Le portique, parce que j'ai l'impression qu'il lave tout de même mieux que les lances. J'imagine que lui est étudié pour aller partout, dans les moindres recoins. Alors qu'avec une lance, moi qui suis novice, je pourrais oublier des endroits. Je ne prends pas forcément le programme le moins cher, parce que je veux du lavage et du séchage ensuite, et de la mousse entre les deux. Pas plus non plus, ces trois étapes me suffisent pour l'extérieur. J'utilise aussi les aspirateurs, et j'essaie de le faire bien... Mais quand on habite dans une ville de bord de mer, avec le sable qui s'incruste partout, ça n'est pas évident d'obtenir un résultat nickel ! Pour les autres bornes ou services que je vois de temps en temps sur les centres... je vous avoue que je ne les connais pas, je ne m'en suis jamais servi. Pour moi, un coup d'aspiro, ça suffit. J'ai entendu parler de lavage sans eau : ça pourrait m'intéresser pour des raisons écologiques. J'imagine que l'on va aussi dans un centre pour ça, non ? Prendre un rendez-vous avec quelqu'un qui pourrait venir en bas de chez moi laver ma voiture, je n'y avais jamais pensé, je le reconnais ! GL&SSA : Avez-vous tenté un jour de manipuler une lance haute pression ? Oui, un jour, j'ai essayé. En fait, j'étais parti pour passer ma voiture au portique et puis, devant la file d'attente, je me suis ravisé. Et comme les pistes haute pression étaient libres, je me suis dit que je pouvais toujours laver par ce biais. Il y avait aussi un peu de curiosité de ma part pour ce type de lavage que je ne connaissais pas ! En fait, je voulais savoir si ça lavait de manière plus rapide, plus économique et plus écologique pour l'eau, que le portique. Eh bien, j'ai trouvé que ça nettoyait moins bien au final. Et puis, je pense que j'ai utilisé largement plus d'eau qu'avec des rouleaux... Mais ça, c'est sans doute parce que je n'étais pas un spécialiste en la matière et que je n'ai pas utiliser les lances dans les règles de l'art ! Comme tout bon débutant, je n'ai pas dû réussir à bien gérer le temps acheté et la succession des étapes : avec la mousse, le rinçage, le jet, le produit pour la brillance.... Quand on n'est pas habitué, ça n'est pas très pratique. Mais, je dois le dire, ça m'a amusé de tester la haute pression : ça a un côté ludique ce puissant jet qui fait partir la crasse instantanément, sans aucun effort mécanique. A chaque geste, il en part, et voir sa voiture redevenir propre sous ses yeux, c'est étonnant. GL&SSA : Dans quel type de centre êtes-vous déjà allé ? Surtout dans des centres implantés dans des stations-services. La dernière fois, j'étais tout seul, abandonné à mon triste sort... Pardon, je m'amuse ! En fait, j'ai trouvé ça très bien de ne pas être abordé par un employé : je n'en avais pas besoin, et puis, pour moi, c'est une nécessité de laver ma voiture, pas du tout un plaisir... donc le plus rapide est le mieux ! Dans cette même optique, je choisis le centre qui est sur mon chemin quand je décide de laver : si c'en est un implanté dans un centre commercial, parfait ; si c'en est un proche de chez moi, ça me va aussi très bien. Mon choix est complètement aléatoire. C'est pourquoi les cartes de fidélité ne m'intéressent pas : je ne veux pas avoir l'impression d'être lié à un centre en particulier. Bon, je vous l'avoue, parfois aussi, quand je suis dans une maison de campagne où il y a un jet, une éponge, et un aspirateur, je lave « à domicile » ! GL&SSA : Les services complémentaires, tels le lavage à la main, les distributeurs de pain ou d'autres produits, une laverie... Dans un centre, qu'en pensez-vous ? Concernant le lavage à la main ou les autres services liés à la voiture, je me dis que pour des clients plus passionnés que moi par le lavage auto, oui, ça peut être intéressant... C'est bien, dans le fond, d'avoir la possibilité de faire faire un lavage de fond en comble par des pros qui savent le faire. Mais pour moi... Et pour ce qui est des autres services, comme la vente de pain : sincèrement, je n'aurais jamais pensé trouver ce genre de produits dans un centre de lavage ! A chacun son métier, non ? Et pour moi, celui de boulanger... ah oui, sauf si c'est un boulanger qui alimente le distributeur. Mais tout de même, à chacun son activité et son espace, non ? Et c'est la même chose pour une laverie... Est-ce que je viendrais dans un centre dédié aux voitures, pour mon linge ? Pas sûr... GL&SSA : Que vous apporte un lavage auto ? Je trouve ça tout de même assez satisfaisant d'être dans une voiture propre... Surtout d'ailleurs quand elle était vraiment sale avant, là on voit vraiment l'utilité du lavage ! J'apprécie de me sentir bien au volant. Et, c'est vrai qu'après chaque passage dans un centre, je me dis que je devrais la laver plus souvent. Mais moi, je ne suis pas un passionné des voitures, alors... GL&SSA : Comment voyez-vous le lavage auto dans 10 ou 20 ans ? En fait, dans l'absolu, je voudrais pouvoir me passer de voiture dans l'avenir, mais dans une ville comme Marseille, où le réseau de transport en commun est défaillant, ça n'est pas envisageable. J'aimerais qu'un vrai système de voiture en autopartage ou en location courte durée soit finalement mis en place. Et dans ce cadre, bien sûr, les voitures devraient être maintenues propres, pour le bien-être des utilisateurs comme pour le bon entretien des véhicules. Dans un futur proche, si je reste marseillais, j'aurais donc toujours une voiture... que je laverai bien entendu. Et si je pouvais, dans l'avenir, la rentrer dans une machine sans me soucier de rien d'autre, et la voir sortir à l'autre bout, toute propre, ce serait parfait, et presqu'un peu ludique aussi, ce qui ne serait pas pour me déplaire ! (Précisons que Stéphane n'était pas dans sa voiture quand elle est passée au tunnel puisqu'elle a été complètement prise en charge par le service de nettoyage complet). Un coup d'aspirateur ensuite, et le tour serait (bien) joué ! Evidemment, cela ne devrait pas me coûter une fortune... L'aspect écologique du lavage, j'y serai vigilant également, notamment quant aux quantités d'eau et d'énergie consommées ! MARIE MARTIN « Sincèrement, je ne pensais pas que l'on pouvait redonner à une voiture, qui a déjà des kilomètres au compteur, un aspect aussi neuf », confie Stéphane. < QUELQUES SEMAINES PLUS TARD... Le programme dont a bénéficié Stéphane a consisté en un nettoyage complet. Deux opérateurs de Valmante Auto Pressing se sont occupés pendant plus d'une heure et demi, de sa 308. Ils l'ont d'abord passée dans le tunnel contigu qui appartient au centre de lavage Self Lav Auto. Puis, ils l'ont garée dans l'atelier où ils ont effectué les finitions extérieures. L'intérieur a également été nettoyé. Quelques semaines après ce lavage, que pensait Stéphane de cette opération de nettoyage approfondi à laquelle sa voiture est peu habituée ? La découverte d'une vraie efficacité « Sincèrement, je ne pensais pas que l'on pouvait redonner à une voiture, qui a déjà des kilomètres au compteur, un aspect aussi neuf ! ça a été une découverte pour moi cette expérience. Bien sûr, les quelques éraflures sur la carrosserie n'ont pas disparu, mais... J'ai été bluffé, c'est vrai. Il y a cependant une chose qui ma gêné quand j'ai repris ma voiture : à l'intérieur, l'odeur assez forte du produit lavant. Mais elle s'est vite estompée et, finalement, ce qui en est resté, je l'ai trouvé léger et agréable comme parfum. » Porter attention à la propreté Et puis, quel plaisir de rentrer dans ma voiture propre comme un sou neuf ! J'ai d'ailleurs voulu la conserver le plus longtemps possible dans cet état : je me disais qu'elle était belle et qu'il fallait qu'elle le reste ! Je crois même que je suis devenu maniaque à vouloir la garder nickel... Quelques jours après le lavage, je suis passé en voiture à côté d'un grand chantier, et j'ai vu la poussière se déposer sur elle... autant vous dire que j'ai bien ronchonné ! Entre lavage et famille... Mais avec un jeune fils, bien sûr, elle ne pouvait que se salir très vite. Nous avons tout de même eu le temps de faire un long trajet dans la voiture toute propre et bien rangée : et j'ai trouvé ça très agréable bien sûr, mais aussi, et j'en ai été assez surpris d'ailleurs, détendant, apaisant, et ce, pour tous les passagers. Après les 2000 kilomètres parcourus pendant les vacances, avec dégustation de sandwichs et goûters de mon fils à bord, bien sûr, elle n'était plus aussi propre. Ce qui va me pousser, je pense, à retourner assez vite la laver en centre ! Dans un centre, c'est sûr ! Cette bonne expérience de lavage va de toute manière augmenter un peu la fréquence de lavage de ma voiture. S'il y a une chose dont je suis certain, c'est que je ne laverai plus ma voiture à domicile, maintenant que je sais que c'est interdit et surtout parce que je ne veux plus rejeter des produits agressifs dans la nature ! Bouche à oreille ? J'en ai un peu parlé autour de moi et j'ai un ami qui m'a appris qu'avant ses deux ou trois longs trajets annuels en famille avec ses deux jeunes enfants, il faisait faire ce type de lavage complet. Il privilégie les centres dans les parkings de centres commerciaux, car il trouve ça plus pratique. Et il m'a confirmé que lui aussi, il trouvait que c'était apaisant de voyager dans une voiture propre. Également qu'il rangeait mieux son coffre et qu'il faisait plus attention aux bagages, à la voiture elle-même... car il faisait plus attention à tout ! Peut-être vais-je devenir vraiment adepte moi aussi de ce type de lavage ?! » GL&SSA N°91-182 - Janvier/Février 2020 Crédits photos : Martin