stationequipeabonnementboutiquepubContact

Accès libre au magazine "Guide-Lavage"

Pendant la période de confinement "Covid-19",
la rédaction vous propose de consulter en ligne gratuitement
votre magazine "Guide-Lavage".

Créez votre compte !


GL&SSA N°91-182 - Janvier/Février 2020 GL&SSA N°91-182 - Janvier/Février 2020 reportage Le lavage auto en zone touristique 10 11 Un centre de lavage sur l'Ile de Ré En Charente-Maritime, sur la très touristique Ile de Ré, reliée au continent et à La Rochelle par un pont, on compte cinq centres de lavage auto. Parmi eux, à Saint-Martin de Ré, la capitale de l'île, le centre « Ré Lavauto », géré par le quarantenaire Sébastien Dupeux. C'est le père de Sébastien Dupeux qui a ouvert le centre. « Il était carrossier tout près d'ici. En 1998, il a décidé d'arrêter et de monter un centre. Je crois qu'il pensait avoir fait le tour de la carrosserie et qu'il voulait passer à autre chose ! Il n'avait aucune expérience en lavage auto... mis à part celle qu'il faisait à la main sur les voitures de ses clients qu'il avait traitées en carrosserie ! S'il s'est décidé, c'est aussi parce que des concessionnaires de machines de lavage sont venus le voir et lui ont expliqué que sur ce terrain vague bien placé de 1 500 m2 qui lui appartenait, il avait une vraie opportunité d'ouvrir là un centre de lavage vraiment rentable. Et il a décidé de la saisir ! ». En juin 1997, ouvrait le premier centre tout équipé de l'île, avec trois pistes haute pression dont une pour utilitaires, un aspirateur et un gonfleur. L'hiver suivant est construit le hangar dans lequel l'atelier prend place aujourd'hui. « Mon père voulait avoir deux pistes haute pression abritées, des intempéries notamment. Et comme nous avions la possibilité alors de construire... Ces deux pistes supplémentaires nous ont bien servi, durant l'été, à désengorger les trois pistes extérieures qui saturaient. La boutique-accueil-bureau, une pièce d'une vingtaine de mètres carrés, a été conçue au moment de la construction de ce bâtiment. Bref, en juin 1998, le centre avait déjà bien changé d'apparence ! Dans ce hangar nous avons aussi logé les locaux techniques. Nous pouvions également mettre en sécurité notre matériel. Imaginez-vous qu'au tout début, on pensait vraiment que nous pouvions être dévalisés pendant la nuit, alors, chaque soir, nous démontions les lances haute pression ! » Petit à petit, l'activité est développée. « Avec mon frère, nous proposions de laver les voitures de nos clients qui ne voulaient pas le faire eux-mêmes : les vitres, l'intérieur à l'aspirateur, le gonfleur... Nous le faisions pour rendre service et aussi pour les pourboires, car nous étions étudiants à l'époque ! En 1998, après la construction du hangar, nous avons développé et officialisé ce type de services : on a proposé un lavage extérieur et intérieur tarifé. Dans le hangar, nous avions l'espace pour procéder à ce nettoyage complet à la main ! En 2005, nous avons implanté un portique. Nous en avions encore la place et nous voulions, grâce à lui, élargir notre clientèle, car certaines personnes n'ont pas envie de se servir des lances haute pression. Il a remporté un vrai succès ! » En 2013, Sébastien, acquiert une laverie automatique. « On avait encore de la place dans le centre ! Au salon Equip Auto précédent, où je m'étais rendu pour me tenir informé, j'avais vu ce concept de bungalow tout compris et prêt à la commercialisation de ce service de laverie. J'ai envisagé ça comme une activité complémentaire intéressante et bien dans l'esprit du centre puisqu'il s'agit aussi d'un service de lavage automatique et en self-service. » « En 2015, je me suis lancé dans le pneumatique. En fait, j'étais tombé, en surfant sur internet, sur une offre professionnelle visant à mettre en place ce service de remplacement des pneus. En hiver, par ici, c'est assez calme, alors pourquoi, pour attirer le client, ne pas proposer un nouveau service encore ? Et je me suis lancé ! » En 2017, un autre centre de lavage flambant neuf s'ouvre non loin, rattaché à une enseigne de grande surface. Sébastien avoue avoir été mis en difficulté à cette époque... « Les tarifs proposés étaient un peu en deçà des nôtres, c'était déjà un désavantage pour nous. Mais ce qui nous a sans doute été le plus préjudiciable au final, c'est plutôt le fait que ce centre de lavage a été couplé à une grosse station-service : de ce fait, les clients ont la possibilité en allant là-bas, de toute faire en même temps, leur plein de carburant et le nettoyage complet de leur voiture. Et pour les professionnels, il y a une carte de fidélité et la possibilité de recevoir une facture récapitulative en fin de mois. » Pour réagir à cette nouvelle concurrence, Sébastien décide de développer un nouveau bouquet de services axé sur l'entretien auto. « Le lavage a aujourd'hui un peu baissé chez nous, mais il a été compensé par ces autres services... Et puis, notre laverie marche bien. » En 2020, il n'y a pas d'investissements importants de prévu pour le centre. « Sauf bien sûr, l'entretenir en le repeignant, notamment, où cela est nécessaire ». Côté types de clientèle, Sébastien différencie bien sûr les locaux au nombre de 18 000 environ, des non-résidents qui font, eux, en haute saison estivale, monter à près de 200 000 le nombre de personnes sur l'île... Parmi eux, il y a les touristes de passage : « C'est en août, bien sûr, qu'ils sont les plus nombreux et donc que l'affluence est maximale chez nous. Mais il y a aussi les propriétaires de résidences secondaires et leurs familles, très nombreux eux aussi. Ceux-là viennent au fil de l'année, surtout pendant les vacances scolaires il est vrai. Durant celles de La Toussaint et de Pâques, on enregistre de bons niveaux de fréquentation. A Noël, c'est la seconde semaine, autour du nouvel an qui est la plus active pour nous. Pour le réveillon du 25 décembre, je pense que les gens ont plus tendance à rester chez eux, en famille. En février, pour les vacances encore, cela dépend... En fait, quand il n'y a pas trop de neige dans les stations, on ressent, nous, ici, une fréquentation en hausse. Les vacanciers délaissent la montagne sans neige pour venir le long du littoral ! Il y a aussi les touristes parisiens : eux, ils n'hésitent pas à laver ici pendant leurs vacances, parce que c'est plus simple pour eux que de le faire en Ile-de-France, où je pense que les centres de lavage sont moins accessibles. Et ils peuvent prendre leur temps chez nous, alors ils en profitent pour bichonner leur voiture... Certains d'entre eux en tous les cas ! Pendant toute l'année, en fait, durant les week-ends notamment, on voit du monde venir laver : c'est vraiment selon la météo annoncée que les continentaux se décident à prendre ou non le pont ». Les clients de la laverie sont importants aussi pour Sébastien : le chiffre d'affaires généré par cette activité est, en effet, en augmentation constante. « Si elle fonctionne bien, c'est grâce à nos clients qui font de la location de courte durée, et aux conciergeries qui gèrent ce type de location pour des propriétaires. Ils préfèrent la laverie au pressing pour une question de tarifs, mais pas que... Nous avons un autre argument de valeur : la rapidité du séchage ! Nous avons installé des machines au gaz qui sont très efficaces et remportent un franc succès. Nos clients viennent aussi, je pense, parce que nous tenons propre et en état cette laverie, et que nous sommes souvent présents : en cas de problèmes ou bien de pannes, on est là ! Et cela rassure aussi du point de vue la sécurité, des personnes comme celle du linge. » A environnement maritime, activité spécifique ! Pour Sébastien, c'est le nautisme que, sur l'île, on pratique beaucoup bien sûr, qui représente LA particularité du lavage auto local. « C'est vraiment différent je pense d'un centre continental. Par exemple, ici, on voit des jets ski sur les pistes : les skieurs viennent les rincer à la haute pression. Même chose pour les bateaux, jusqu'à 6 ou 7 mètres de long et les remorques qui servent à leur transport. Les plaisanciers viennent ainsi enlever le sel et parfois même caréner les coques. Algues, coquillages, traces diverses partent assez bien à la lance. La fin de saison estivale, quand véhicules routiers et nautiques viennent au centre, c'est vraiment très actif pour nous ! Et en septembre, dès la rentrée passée, on voit arriver les grands-parents : après le passage de leurs enfants et petits-enfants, ils aspirent à retrouver une voiture sans sable, sans cailloux, sans traces, sans... bref, comme ils l'avaient en juin ! Ajoutons encore les seniors en camping-car en septembre, et voilà pour les clientèles spécifiques... Mais nous avons aussi quelques clients inattendus venus de la restauration : les chefs qui viennent laver les grilles de leur hottes... à l'eau chaude, la graisse s'en va bien et sur les pistes, ils ont de la place ! » MARIE MARTIN Sébastien Dupeux, gérant du centre de lavage « Ré Lavauto » créé par son père en 1997. LE CENTRE RÉ LAVAUTO Début 2020, ce centre comporte un portique Istobal Lavance, trois pistes haute pression extérieures dont une accessible aux utilitaires et deux pistes haute pression intérieures, toutes de la marque bordelaise J2F. Prennent aussi place dans ce centre, un bureau-boutique, un atelier équipé de deux ponts, deux aspirateurs, un tape-tapis, un gonfleur. Pour utiliser ces machines, les clients achètent des jetons au distributeur ou à la boutique quand elle est ouverte. Ils ont aussi à leur disposition un changeur de monnaie. Le tarif est dégressif selon le nombre de jetons achetés. Les services proposés englobent le lavage au portique, à la lance haute pression et le nettoyage complet à la main, ainsi que la rénovation des optiques de phares, le polish de la carrosserie, les vidanges, le contrôle des freins, le changement des pneus, et celui des plaques d'immatriculation... A ne pas oublier : le lavage du linge grâce à la laverie. La société compte deux personnes depuis 2018 puisqu'un jeune motivé, Robin, a été embauché. Le centre est ouvert en self-service sans interruption, et du lundi au samedi, de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 19 h, il y a une présence humaine. Le centre est équipé d'un portique, de trois pistes haute pression extérieures dont une accessible aux utilitaires et deux pistes haute pression intérieures. Les services proposés englobent le lavage au portique, à la lance haute pression et le nettoyage complet à la main, ainsi que la rénovation des optiques de phares, le polish de la carrosserie, les vidanges, le contrôle des freins, le changement des pneus, et celui des plaques d'immatriculation... A droite, Robin qui est employé depuis 2018. Ci-dessous l'appareil pour démonter le pneu de la jante et ensuite équilibrer la roue. SÉBASTIEN DUPEUX, PROFESSIONNEL DU LAVAGE Réthais, Sébastien a quitté l'île pour aller faire des études à Paris où il a obtenu un DEUG de chimie. « Je faisais les saisons estivales ici avec mon frère et mon père. Et puis, Il y a maintenant 26 ans, je me suis décidé à revenir durablement sur l'île, pour la qualité de vie locale notamment, et j'ai repris le centre de mon père qui voulait arrêter. En fait, on peut dire que j'ai toujours fait ce métier. Ma journée type, elle commence par le nettoyage du centre, des parois des pistes haute-pression notamment, et des machines, les aspirateurs, par exemple. On vérifie aussi les niveaux des produits lavants. Et on s'occupe de l'entretien de la laverie. En haute saison estivale, on fait tout ça quotidiennement. Un peu moins fréquemment en basse saison ». Touristes de passage ou habitants...la clientèle est variée mais les véhicules également. Sébastien voit passer des jets-ski, bateaux et autres remorques, une particularité liée à son environnement maritime : « Algues, coquillages, traces diverses partent assez bien à la lance », précise-t-il. La laverie automatique existe depuis 2013. Le chiffre d'affaires généré par cette activité est en constante augmentation, confie Sébastien. GL&SSA N°91-182 - Janvier/Février 2020 Crédits photos : Martin