stationequipeabonnementboutiquepubContact

GL&SSA N°93-184 - Mai/Juin 2020 écologie Hypromat Stratégie verte pour Eléphant Bleu... Le réseau franchisé du groupe Hypromat s'est positionné, dès sa création, sur le sujet de l'écologie. Aujourd'hui, cette thématique fait toujours partie de sa stratégie de développement. Le fond écolo d'Eléphant Bleu Depuis sa création, Eléphant Bleu défend son positionnement respectueux de l'être humain et de la Terre. Parmi ses axes d'implications plus précis, on peut citer, notamment, la dépollution de la mobilité, la gestion durable de l'eau avec son recyclage et l'optimisation des solutions de chauffage solaire. Son Département Recherche & Développement vise à améliorer continuellement le bilan écologique des centres de lavage du réseau. Deux pollutions à combattre : l'active... Concernant la dépollution de la mobilité, les experts de la marque mettent en avant deux types de pollutions contre lesquelles le lavage auto en centre permet de lutter. La première, appelée « active », provient du lavage dans la rue ou à domicile sans traitement des rejets. Pour étayer cette affirmation, le département Industrie d'Eléphant Bleu avance que, sur la base d'une fréquence de sept lavages par an, ce sont 95 000 tonnes d'éléments polluants qui sont contenues dans les eaux de lavage. « De quoi polluer 95 millions de m3 ! Soit environ la consommation d'eau potable des foyers d'une agglomération telle que Lyon ou Marseille », illustrent les spécialistes de la marque. ... et la passive La seconde sorte de pollution, la « passive », résulte du non-lavage des véhicules, laissant ainsi ces derniers, libérer, sans aucun contrôle et sans que l'on s'en rende compte concrètement, huiles, hydrocarbures, métaux lourds et résidus de pneus ; ceux-ci, entraînés par la pluie, pénètrent dans les sols et polluent les nappes phréatiques par la suite. Là aussi, les ingénieurs d'Hypromat ont réalisé des études pour valider leurs affirmations. Résultat : la quantité de polluants transportée sur la carrosserie d'une voiture s'élèverait à 240 g par an. Une mesure issue de l'analyse des eaux récupérées après chaque lavage dans les fosses de décantation des centres du réseau. Et en globalisant, les mêmes experts avancent un chiffre qui devrait motiver tous les clients à laver leurs voitures ne serait-ce que pour prendre soin de leur environnement naturel : « En France, 2 % des véhicules ne sont jamais lavés, 22 %, une fois par an voire moins (étude IFOP / Kleen). Sur un parc de 33 millions de voitures particulières, on peut considérer que huit millions de véhicules déversent dans la nature 1?920 tonnes de polluants par an. »  De l'eau à économiser... S'il est courant de dire que laver son véhicule en centre permet d'économiser de l'eau par rapport à un lavage à domicile, la marque Eléphant Bleu a voulu avancer des chiffres sur ce sujet : ses experts ont ainsi déterminé que la consommation d'eau peut être réduite jusqu'à 80 %. Ils estiment que « 300 litres d'eau en moyenne sont utilisés pour un lavage au jet d'eau, contre 50 à 60 litres pour un lavage à la haute pression, soit l'équivalent d'une douche ». Cette performance serait atteinte notamment grâce au lavage haute pression dont les lances pourvues de dispositifs d'arrêt permettent un contrôle à 100 % du gaspillage. Leurs calculs révèlent que « si tous les véhicules étaient lavés sur des pistes haute pression, deux tiers de la consommation d'eau seraient économisés, soit 27,7 millions de m3 ». Et la marque de préciser que ce dispositif de lavage est même « préconisé en période de sécheresse par le ministère de l'Environnement depuis 2005. » L'écologie partout dans un centre Dans une optique écologique globale, tous les composants d'un centre de lavage pourraient être passés au crible de l'écologie : des supports de la signalétique, aux matériaux de fabrication des bornes, à la composition des abris et revêtements de sol, ou aux sources d'énergie, en passant par les plus classiques consommation d'eau des machines et formules chimiques des produits lavants. Hypromat a, notamment, porté attention à ces deux derniers points. Exemple avec le portique qui équipe désormais nombre de centres de la marque : « Il respecte l'environnement en ce qu'il est raccordé au système de traitement des eaux usées, système qui équipe toutes les stations Eléphant Bleu ». Pour les produits, les centres Eléphant Bleu utilisent un savon biodégradable qui répond aux normes législatives actuelles. Le système de traitement des eaux usées est aussi au cœur des préoccupations de la marque : elle assure que toutes ces eaux sont traitées avant de sortir des centres de lavage, ainsi considérés comme des stations de traitement. Qu'il s'agisse de fosse de décantation des boues avec séparateur d'hydrocarbures ou de collecte des substances polluantes par des organismes agréés pour être détruites ou revalorisées comme combustibles dans l'industrie ou dans les travaux publics, les dispositifs sont mis en place. Promouvoir et communiquer... Suite logique de l'exposé de cet argumentaire, la promotion de l'aspect écologique du lavage en centre occupe aussi Hypromat. Le réseau Eléphant Bleu a fait de la préservation de l'environnement un de ses axes majeurs de communication et de promotion, envers deux publics destinataires prioritaires. Les professionnels et les autorités d'abord. C'est pourquoi le réseau a rejoint dès ses débuts la Commission Lavage Haute Pression du CNPA (Conseil National des Professions de l'Automobile). Le grand public, c'est-à-dire les clients finaux du secteur, viennent représentent la seconde cible prioritaire. Des campagnes d'affichage régulières ont pour objectif de « rassurer les consommateurs sur la valeur écologique de leur acte » : elles démontrent l'économie d'eau réalisée, la biodégradabilité du savon assurée, le traitement des rejets bien effectué... Sont également distribués des guides rassemblant des conseils citoyens qui ont pour but de transformer les gestes du quotidien en réflexes écologiques. Sensibiliser... autrement aussi ! C'est en accompagnant le skipper Fabrice Amedeo que la marque Eléphant Bleu se positionne, d'une façon assez originale, sur le sujet de l'eau par le biais de la thématique de la préservation des océans... En effet, si Fabrice Amedeo mène un projet sportif en participant aux courses au large, il en développe aussi un environnemental. Il cherche notamment à montrer que l'énergie peut être écologique, renouvelable, sans compromis sur la performance. « Nous sommes très enthousiastes et impliqués dans ce projet ....[...]. Il est en total adéquation avec les actions menées au quotidien dans nos stations de lavage automobile pour préserver l'environnement tout en étant en quête constante de performance », explique à ce sujet Patrick Mary, directeur du réseau Eléphant Bleu. C'est ainsi que Fabrice Amedeo a installé des panneaux solaires sur son bateau. Une première étape pour lui. La traversée de l'Atlantique lors de la Transat Jacques Vabre qu'il a courue à l'automne 2019 en double avec Eric Péron, lui a permis d'expérimenter ce dispositif. Un capteur océanographique à bord ! Fabrice Amedeo a également embarqué un capteur océanographique afin de mesurer le taux de CO2, la température et la salinité des océans durant la navigation. Devraient, dans un avenir proche, être ajoutés à ces analyses des indicateurs de pollution, tels que la densité de planctons et de micro-plastiques. Pendant la transat Jacques Vabre, cet appareil a collecté des données transférées de façon hebdomadaire à des scientifiques intéressés par l'évolution du climat. Des données très intéressantes car elles concernent des zones encore assez peu étudiées. Eléphant Bleu participe... C'est aussi en participant à des événements liés à l'écologie que la marque fait entendre sa voix dans ce domaine de l'environnement. Ainsi, soutient-elle depuis très longtemps la Semaine du Développement Durable, en menant des campagnes de communication pédagogiques sur l'impact écologique du lavage. L'Eléphant Bleu délivre des conseils pour économiser l'eau au quotidien. Il informe sur la pollution passive comme le lavage à domicile. Ces messages écologiques, la marque les diffuse également lors de la Journée Mondiale de l'Eau, dans laquelle elle s'implique aussi. « L'enjeu est d'initier une autre vision des centres de lavage en faisant valoir leur fonction de dépollution de la mobilité et de préservation des nappes phréatiques », explique Solen Ecklé, Responsable Marketing groupe Eléphant Bleu. Outre ces évènements d'envergure, il arrive également au réseau de centres de soutenir des initiatives privées et associatives plus modestes mais convaincantes, ainsi que des actions humanitaires internationales... pourvu qu'elles défendent la préciosité de l'eau. Des arguments pour tout le secteur ! Si tous ces arguments écologiques sont avancés par un poids lourd du lavage auto, rien n'empêche sans doute les autres acteurs du secteur de les reprendre à leur compte, et de les relayer auprès des publics cibles du lavage auto. A noter qu'Eléphant Bleu présente sur son site internet une efficace vidéo dessinée produite par le CNPA, et reprenant les principes écologiques du lavage auto. Un outil de communication convaincant, à diffuser auprès des clients finaux ! MARIE MARTIN Photo ci-dessus, le navigateur Fabrice Amedeo présente le capteur océanographique qui permet de mesurer le taux de CO2, la température ainsi que la salinité des océans. Selon une étude IFOP / Kleen, 2 % des véhicules en France ne sont jamais lavés et 22 %, une fois par an voire moins. Ci-dessus, Fabrice Amedeo et Eric Peron au départ de la transat Jacques Vabre à l'automne 2019. Un capteur océanographique a été embarqué. Cet appareil a collecté des données transférées de façon hebdomadaire à des scientifiques qui étudient l'évolution du climat. C'est en accompagnant le skipper Fabrice Amedeo que la marque Eléphant Bleu se positionne sur le sujet de l'eau par le biais de la thématique de la préservation des océans... Ici un schéma expliquant le traitement de l'eau. « L'enjeu est d'initier une autre vision des centres de lavage en faisant valoir leur fonction de dépollution de la mobilité et de préservation des nappes phréatiques », explique Solen Ecklé, responsable Marketing groupe Eléphant Bleu. www.elephantbleu.fr/démarche-environnementale Crédits photos : X D.R.