stationequipeabonnementboutiquepubContact

GL&SSA N°101 - Septembre/Octobre 2021 inauguration Neo Planet La franchise nouvelle version Si la marque de centres de lavage « Planet Wash » perdure, et va même se développer selon Jean-Pierre Biderre son fondateur, la structure mère qui l'englobe vient, elle, de prendre l'identité économique de « Neo Planet ». L'entrepreneur normand a voulu ainsi mettre en avant une nouvelle approche, plus participative et associative, du principe de la franchise. Pour marquer le début de cette nouvelle aventure, Jean-Pierre Biderre a organisé, le 10 juin, au cœur du centre de lavage Planet Wash de Saint Vigor Le Grand, à côté de Bayeux, déjà sous marque Planet Wash, une présentation de Neo Planet. Parmi les personnes présentes : des prospects, des entrepreneurs en cours d'installation, des franchisés Planet Wash intéressés par la nouvelle formule, des officiels locaux... et bien sûr l'équipe de Neo Planet au grand complet. (cf. encadrés page 16). L'union fait la force Le but de Jean-Pierre Biderre est de rassembler, sous la bannière de Neo Planet, les professionnels indépendants du lavage auto, pour qu'ils puissent envisager leur avenir de manière rentable et efficace. Son approche du futur dans ce secteur du lavage auto, c'est que « ça va bouger ». Et dans tous les domaines qui intéressent les exploitants. Dans celui de la gestion des centres, parce que ressources et contraintes administratives évoluent déjà grandement, selon lui. Dans celui du marketing, direct notamment, de plus en plus déterminant pour attirer la clientèle. Dans la digitalisation de toute l'entreprise, inévitable et bénéfique. Dans le domaine écologique, avec les questions sur l'utilisation des énergies renouvelables et la mise en place, par exemple, de panneaux solaires sur les charpentes, sur la nécessité du tri sélectif, sur la consommation d'eau, sur l'image durable que doivent mettre en avant les centres... Il pense aussi aux rapports avec les autorités, dont le préfet auquel il faut expliquer le lavage auto pour qu'à l'avenir il soit mieux compris et traité. Contrer les grands Jean-Pierre Biderre voit aussi dans la concentration du secteur un danger pour les indépendants. « Comment concurrencer, seul dans son coin, Total, Tommy's Express ou Norauto/Sineo ? », s'interroge-t-il... avant de valoriser Neo Planet comme une possible solution pour les entrepreneurs. Selon lui, Total veut devenir le leader incontesté du marché. Et Norauto et Sinéo, associés depuis peu, ont aussi de grandes ambitions : échange de fichiers, cellule Norauto de recherche de terrains pour implantation de centres... « Quant au franchiseur Tommy's Express qui se focalise sur les villes de plus de 30 000 habitants, il a l'objectif de 30 centres ouverts d'ici dix ans ! ». Jean-Pierre Biderre évoque aussi d'autres concepts de centres en plein développement : de petite taille, axés sur la clientèle de proximité, et qui suivent des modèles économiques adaptés... Neo Planet, pour s'associer A ces défis, le fondateur de Neo Planet propose de répondre par le biais d'une franchise « participative ». C'est son mot clé. « L'adhérent bénéficie de tous les avantages d'un franchisé classique, mais aussi d'un statut d'associé puisqu'il est actionnaire de Neo Planet. Par exemple, dans chaque commission de la franchise, un adhérent est intégré pour contribuer à la prise de décision. Autre exemple, les adhérents sont présents et actifs lors de l'Assemblée Générale de la société. C'est donc un principe de transparence que nous proposons ». Y compris d'ailleurs sur les objectifs chiffrés sur lesquels Jean-Pierre Biderre est clair : « Si vous entrez dans la franchise Neo Planet, c'est 20 % de CA en plus, puis un audit visant à augmenter encore cette progression ».  Outre cet aspect participatif, et cette volonté de transparence, Neo Planet se veut aussi une franchise à taille humaine, une franchise qui accueille des entrepreneurs « avant tout courageux, ayant une vraie envie de développer un centre et de s'impliquer dans leur travail et dans la franchise », selon Jean-Pierre Biderre. Être accompagné pour se développer L'équipe de Neo Planet se positionne comme partenaire vis-à-vis des adhérents. « Avec Neo Planet, c'est du "clé en main" que nous proposons », assure Jean-Pierre Biderre. Côté technique, l'adhérent doit satisfaire à un certain nombre de critères : c'est pourquoi il est aidé pour les remplir, qu'il s'agisse d'un centre préexistant ou neuf. Etudes de marché, adaptation des équipements aux besoins de la clientèle locale, conseils et exécution pour les travaux nécessaires, montage du centre de A à Z... C'est le savoir-faire des experts de Neo Planet qui est mis à disposition des adhérents. La maintenance est aussi du ressort de l'équipe du franchiseur. Elle intervient rapidement en cas de panne importante, et dispense une formation aux exploitants pour qu'ils puissent gérer les incidents les plus modestes eux-mêmes. « On mène deux audits par an pour les machines », explique Nathan Hondron, responsable technique chez Neo Planet, « car elles doivent demeurer efficaces et belles. On contrôle aussi les produits utilisés, la qualité de l'eau... A la suite de ces audits, si des améliorations sont à envisager, on présente des devis et on propose de réaliser les travaux. Il y a encore deux autres visites annuelles, dites de courtoisie, pour nourrir le lien entre nos franchisés et nous ». Ainsi, quatre passages par an sont offerts au franchisé. L'accompagnement par le franchiseur concerne aussi les domaines fiscal, comptable, juridique, bancaire, assurances, technique comme le traitement des boues.... « Bref, le but est bien de faciliter la vie des franchisés ! », affirme Jean-Pierre Biderre. En matière de communication... Chaque trimestre une réunion de communication à laquelle participe l'équipe de Neo Planet et un franchisé travaille sur le plan de communication : cadence des opérations, types d'animations, supports envisagés, budget à y dédier... Et Julie Strugeon, responsable communication et relations publiques de Neo Planet, de présenter une opération multicanale qui a récemment bien fonctionné dans les centres Planet Wash : pose de banderoles sur site accompagnée d'un publipostage et d'un mailing de flyer. Au final, ont été constatés une bonne réaction des abonnés sur les réseaux sociaux, et le recrutement et l'enregistrement dans les fichiers de nouveaux clients finaux. « Ce type d'opération sera proposé deux fois par an et pris en charge financièrement par le siège ». Le but de ces réunions étant d'assurer l'attractivité et la notoriété de Neo Planet par le biais des différents réseaux sociaux et par celui de documents imprimés, elles travailleront aussi à la modernisation de l'image de Planet Wash. « Un coup de frais sur les visuels est notamment prévu », annonce-t-elle. La franchise se fera accompagnée par des prestataires spécialistes de ces différents outils de communication : réseaux sociaux, représentation graphique, site web, enquête de satisfaction, jeux-concours, publipostage, application à venir... Côté commercial... L'attente première des exploitants qui deviendraient adhérents de Neo Planet est bien sûr d'améliorer la profitabilité de leur centre. C'est pourquoi le franchiseur propose de suivre divers modèles économiques selon l'implantation et donc les équipements du centre de lavage déjà existant ou envisagé. Se différencier est aussi préconisé par l'équipe de Neo Planet pour développer la clientèle et le CA. Pour ce faire, la franchise veut mettre en avant l'humain. En son sein, mais aussi vis-à-vis de la clientèle finale. « C'est un thème qui nous paraît primordial, avance Jean-Pierre Biderre. Nous voulons lutter contre la déshumanisation dans les centres de lavage, pour réussir à créer du lien avec nos clients. » Sur les relations avec les fournisseurs... Bien entendu, le franchiseur qui rassemble les commandes de ses adhérents acquiert vis-à-vis des fournisseurs des tarifs intéressants. Un seul interlocuteur sous bannière « Neo Planet » fait ainsi face, avec du poids, aux producteurs de produits lavants, de produits d'entretien des centres, de produits boutique, et de pièces détachées. C'est au centre de Saint Vigor Le Grand, siège actuel de Neo Planet, que le stockage est organisé pour l'heure. Cette plateforme d'approvisionnement apporte aux adhérents une vraie flexibilité. Quant à la recherche et développement... Une commission, à laquelle là aussi un adhérent participe, est en charge de ce sujet. Elle se réunit chaque trimestre. Aurélien Agnellet, déjà franchisé Planet Wash, l'anime. Des pistes de développement sont déterminées et expérimentées dans un centre pilote. Parmi elles, la réservation en ligne, via le site internet, pour le lavage intérieur ; la mise en place du formulaire de satisfaction client ; l'organisation de concours à destination des clients ; la chimie qui fait aussi l'objet de tests... L'un des thèmes forts actuellement est le logiciel de gestion du centre qui permet d'avoir l'état précis du centre en temps réel. Il permet de recenser toutes les informations et les bilans des actions menées pour pouvoir suivre une tactique en connaissance de cause, mais aussi économiser du temps sur la gestion pour le dédier au marketing ou à un autre poste plus intéressant. Un futur ensemble En bon entrepreneur, Jean-Pierre Biderre a déjà en tête les étapes du développement de la franchise : « J'envisage le chiffre de 70 centres franchisés en 2025. Avec un CA moyen par centre atteignant les 150 000 euros, soit 10 millions d'euros pour le réseau entier. Les modèles économiques seront variés : ils seront adaptés aux techniques mises en œuvre in situ : tunnel, nombre de pistes HP, portique... Côté employés, Jean-Pierre Biderre a aussi son idée. « Moi, j'ai 70 ans, mais l'âge moyen dans mon équipe est de 30 ans... Je pense à la suite ! ». Ainsi envisage-t-il, en 2023 de recruter pour assurer une direction d'enseigne efficace pour rassembler. Il prévoit aussi une migration complète du personnel vers Neo Planet, personnel aujourd'hui à temps partiel et partagé avec d'autres structures du réseau, telles Hydro Normandie (le centre accueillant la réunion de lancement). En 2024, le siège social devrait déménager ailleurs pour s'adapter à la hausse prévue du nombre de franchisés. Cette même année, un DG devrait être recruté pour gérer le développement de Neo Planet. Et en 2025... 70 centres franchisés ! MARIE MARTIN LES MOTS CLÉS DE ... Marine Eyraud, directrice administrative et financière chez Neo Planet. « Innovant : le concept proposé par Neo Planet, à travers sa marque Planet Wash, est efficace et évolutif pour s'adapter au marché. Collaboratif: associé à la transparence, c'est une priorité pour nous dans cette nouvelle structure de Neo Planet. Julie Strugeon, responsable communication et relations publiques chez Neo Planet. « Innovation : parallèlement à nos équipements et concept coopératif, le franchisé a son mot à dire sur le choix des machines. Bien sûr, il profite de la veille que nous faisons. Respect : j'ai été impressionnée en arrivant chez Neo Planet par le respect porté au client comme envers le collaborateur. Et celui que nous portons à notre environnement me paraît aussi très intéressant. Equipe : il y a une vraie solidarité, une réelle complémentarité, presqu'une symbiose au sein de notre équipe. Chacun son talent, mais on échange, on brainstorme, on s'entraide... y compris avec les franchisés associés ! » Nathan Hondron, responsable technique chez Neo Planet. « Réactivité : on est là pour tout ce qui concerne le client et son centre. On se doit de l'écouter et de lui apporter une solution rapide. Reconnaissance : j'apprécie cette reconnaissance professionnelle que m'a apportée Neo Planet. Et cela me motive énormément dans mon travail avec les franchisés. » Anthony Blin, assistant de Nathan Hondron pour la technique. « Auto : c'est un objet que j'aime... Avant de travailler chez Neo Planet, j'étais déjà dans le secteur ! Qualité : je venais déjà dans ce centre pour laver mon véhicule avant de travailler ici ! Et j'en appréciais la qualité de lavage, de propreté et d'accueil. Crédits photos : Martin